Compte-Rendu réunion du 13 janvier 2014 à Vitré.

Compte-Rendu réunion du 13 janvier 2014 à Vitré.

Présents :

Aminata Bleas Sangare, Domalain, adhérente à Graine d’AMAP et Portes de Bretagne Solidaires

Stéphane Boubault, Martigné-Ferchaud

Clément Crublet, Vitré, adhérent Portes de Bretagne Solidaires

Caroline Declercq, Le Theil de Bretagne, gérante du café Le Papier Buvard/ association L’amour des Livres

Jean-Pierre et Ghislaine Lardeau, Amanlis

Ludovic Lecointre, Le Theil de Bretagne

Marie et François Maillet, Chateaubourg, membre d’Amaporte

Sonia Velly, Portes de Bretagne Solidaires

Invités :

Françoise Dussart, Caroline Laros et A. Moreira du SEL de Fougères

Benoit Foucher et Christian Gougeon du SEL de Noyal

Excusés : Bernadette Dugué (Janzé), Estelle Goncalves (Janzé), Isabelle Sourdrille (Chateaubourg), Marie

Rozé (Vitré)

Présentation des SELS de Fougères et de Noyal sur Vilaine

Fougères

Création

créé en 1990 sous le nom « Les arts dans la chaussure »

25 familles en moyenne depuis le début

souhait de rester un « petit SEL » car demande de l’investissement en temps et volonté de proximité (30kms

maxi)

Echanges :

l’objectif au départ : se rendre des services sans argent

la rencontre, le lien social

puis au fur et à mesure : échanges de savoirs (mise en place de chantiers mais petits travaux pour ne pas

concurrencer les artisans, cours de math, déménagements, aide au devoirs)

bourses d’échange et de biens chez les uns et chez les autres

on échange beaucoup de repas

avant de jeter, on propose

spécificité : un jardin depuis 10 ans : avec une association locale et le CCAS de St Brice/ St Etienne en Cogles

puis aux jardins familiaux de Fougères (mais règlement incompatible avec le concept de jardin partagé)

depuis 2 ans : on réfléchit à un jardin partagé avec le centre social de Fougères et d’autres assos

On se partage des légumes, entre les gens qui cultivent, sans comptabilité de temps contrairement aux

autres échanges dans le SEL

organisation/fonctionnement du SEL

association

bureau avec Président, trésorier, secrétaire

adhésion 5 €

unité d’échanges : grain de SEL

chaque seliste a un carnet et comptabilise en grains de SEL ses échanges

pour les échanges de services : en équivalent horaire / 1 h = 50 grains

1/4

Groupe de Travail SEL

Rencontre avec les SEL de Noyal sur Vilaine

et Fougères

Lundi 13 Janvier 2014

20h30 Vitré

Compte-rendu des échanges

pour les échanges de biens, pas de barême : on fixe de gré à gré

un bilan en fonction des carnets une fois par an en AG

Les outils de compta sont surtout important au début et pour les nouveaux selistes

Profil des selistes :

au départ, chacun se demande comment trouver sa place

Au départ à Fougères : beaucoup de jeunes couples en train de restaurer leur maison

la difficulté quand on est un petit SEL et qu’on se connaît tous, c’est qu’on a du mal à s’élargir

mais parfois ça marche par la communication : annonces dans la commune.

importance de la mixité

Noyal sur Vilaine :

Création :

Il y a 3 ans

1 ère réunion Noyal : 40 personnes

depuis 2 ans environ 30 familles

Objectif de départ : échange de services et de biens / créer du lien dans une commune, dans un quartier

Au départ notre démarche était vraiment de dire que tout le monde peut échanger qqchose

Fusion-absorption du SEL de Brécé

Echanges :

De tout ! Mais surtout des services et de pots de confitures !

Quand les gens s’inscrivent, ils mettent leur compétences sur le site ou se présentent par mail

On échange beaucoup lors de rencontres

Et par mail : à chaque envoi de demande de services ou bien, il y au moins 4 à 10 retours

Nous avons créé « les chevaliers du SEL » pour des chantiers : idée d’être prévenus suffisamment à l’avance

pour que 3 ou 4 selistes se mobilisent.

On essaie d’organiser des temps de rencontre thématique mais tout ne fonctionne pas, la moitié des

selistes viennent en général

ce qui fonctionne : projection de film « la double face de la monnaire », apéro-dinatoire : chacun apporte

du « bazar », échanges de plants

ce qui fonctionne moins : les ateliers bricolage, les échanges de savoir sous forme d’ateliers : l’atelier

informatique par exemple n’a pas trop marché.

Organisation/Fonctionnement :

association

adhésions familiales à 5 €

un collectif de 4 animateurs, totalement bénévole, mais on pourrait « se rémunérer » en grains de SEL

réunion selistes tous les 2 mois dans une salle de la mairie de Noyal

unité d’échanges : grains de SEL : 1 grain = 1 minute

pas de carnet mais des feuilles d’échange collectées une fois remplie

un comptable désigné pour suivre les comptes de chacun sur un tableau excel : bilan des échanges en AG

limite fixée à de – 2000 ou + 2000 grains

pour les échanges de biens (éternel débat) : de gré à gré à l’exception des pots de confitures cat rès

courant : on sait combien ça vaut à peu près !

L’idée c’est d’échanger : en général c’est plutôt : combien tu peux donner ?

L’association peut également créer des grains de SEL pour les distribuer aux personnes qui organisent des

bourses d’échange chez eux ou pour la tenue du stand au forum des assos.

Profil des selistes

Plutôt des actifs (peut poser pb pour la mobilisation) venant de Noyal, Acigné, Brécé principalement

Certains ne participent que très rarement aux réunions : liste d’échange sur site internet

Les enfants participent au moment des bourses d’échange (plutôt sur le matériel)

Mais on peut inventer des systèmes « hybrides » pour les impliquer sur l’échange de services : par exemple

sur l’aide au devoirs ou cours de math : je rémunère ma fille en contrepartie pour l’inciter à proposer du

2/4

temps et ses compétences dans le SEL

Questions

Est-ce qu’on ne remonétise pas d’une certain façon avec les grains de SEL ?

Non, car il s’agit de temps, ce n’est pas un rapport monétaire.

Qui est garant du bon fonctionnement, de l’équilibre des échanges ?

Le collectif, la confiance.

Comme le but du SEL c’est de se connaître, on repère rapidement les déséquilibres.

L’échange s’auto-régule de lui-même, pour que les échanges se passent il faut forcément que certains

soient déficitaires et d’autre débiteurs. L’important c’est de ne peut pas être trop déficitaire ou trop

débiteur de grains.

Il existe des gardes-fou : à Noyal, palier de + ou – 2000 grains de SEL, mais en 4 ans on ne les a jamais utilisé.

A Fougères, un ou deux cas « d’abus » en 20 ans : vigilance du bureau envers un seliste qui ne rendait que

des services et de façon récurrente chez un même seliste , sans réutiliser ses grains de SEL acquis.

Un autre exemple, à l’inverse, d’un seliste qui garnissait son panier de légumes « avant tout le monde »…

Certains selistes sont déficitaires en SEL au moment d’arrêter leur adhésion, mais c’est leur droit de partir,

ils ont créé une forme de richesse, les échanges ont bien eu lieu.

Y a t-il des refus ?

Non, c’est tout simplement le principe de l’offre et de la demande.

Parfois il n’y a pas de réponses à une demande, notamment lorsqu’il s’agit de gros travaux

Ou une offre de services ou de biens qui ne trouve pas de seliste intéressés.

Il faut renouveler régulièrement le « catalogue ».

Quelles sont les conséquences en terme d’assurances ? De responsabilité civile ?

C’est la responsabilité civile de chaque seliste qui est engagée.

Intérêt de l’association à prendre une assurance ? Peut coûter cher.

Y a t-il un risque de concurrence déloyale par rapport à des artisans, professionnels ?

On n’est pas une entreprise et on revendique une approche non monétaire et d’échange de services entre

citoyens donc hors du « marché ».

Argumentation nécessaire parfois, notamment avec la municipalité, pour pouvoir par exemple bénéficier

d’une salle de réunion.

Il y a eu des cas de SEL attaqués pour travail clandestin avec risque de requalification et soumission des

« transactions » à la TVA, mais les SEL n’ont pas été condamnés, ces cas font jurisprudence.

Le code du travail autorise les travaux bénévoles d’entraide et les activités ponctuelles entre particuliers.

Toutefois il faut savoir que l’administration fiscale reconnaît de moins en moins l’activité bénévole.

Les adhérents du SEL qui effectuent une activité dans le prolongement de leur activité professionnelle

seront amené à réfléchir à la déclaration de TVA et d’impôts sur le revenus.

C’est une décision collective à avoir dans un SEL.

Il peut être bon de rappeler que tout le monde peut s’entraider et que des systèmes d’échanges de ce type

ont toujours existé : exemple donné de la « souhaite » dans le milieu agricole, sur le territoire de La

Guerche/Janzé

Y a t-il une taille critique ?

non pas vraiment : se fait naturellement

rester petit peu être un choix : Fougères

3/4

A Noyal:possibilité d’être plus nombreux

On peut être plus : à Rennes, cela semble difficile à tenir dans le temps, mais l’exemple du SEL de

Brest démontre qu’à une centaine d’adhérents, cela fonctionne très bien.

En milieu rural, peut-être que les SEL sont plus petits mais fonctionnent sur la durée.

Pourrait-on créer une sorte de « marais -salant », un réseau entre SEL locaux pour des échanges

de services plus importants ?

Il existe des réseaux « inter-sel », national (Selidaire), une route du SEL, un réseau régional.

On peut d’ailleurs bénéficier des modèles de statuts, de réglements intérieurs, de chartes.

Attention : au delà de 70 kms, les échanges ne fonctionnent pas.

ou seulement sur certaines choses : chantiers solidaires (annonce pour refaire la toiture)

Pourquoi pas le proposer à terme, avec Fougères et Noyal.

Est-ce obligatoire de fonctionner en association, pourquoi pas en collectif informel ?

L’association n’est pas une obligation, toute fois c’est une bonne chose que le collectif soit incarné sous la

forme d’une association, pas obligatoirement déclarée en préfecture. Pour communiquer, ou pour

construire des partenariats, être reconnu localement, c’est plus facile sous la forme d’une association et

cette forme juridique reste suffisamment souple. De plus, une association peut se transmettre plus

facilement et véhicule une image d’ouverture : on peut adhérer sans forcément connaître les autres selistes

au départ. Ca va au delà d’un « groupe d’amis ».

Remarques et réflexions :

Le SEL est intéressant pour l’alternative économique et le modèle de société qu’il propose.

Et ce n’est pas exclusif.

Il peut permettre de découvrir d’autres systèmes, complémentaires qui se situent dans des valeurs

également d’échange et de solidarités locales, de financement participatifs : les tontines, les cigales, les

caisses solidaires comme en Espagne….

Concernant les questions de concurrence aussi, ce sont les pratiques sociales qui font évoluer la loi.

Il faut connaître les limites légales mais revendiquer une autre modalité d’échange entre les gens et revenir

à l’entraide de proximité.

Prochaine rencontre : le 27 janvier à 19h au café librairie Le Papier Buvard au Theil de Bretagne !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s